Retour à la section précédente

Son enfance

Georges-Henri Lévesque, né Albert Lévesque, voit le jour, le 16 février 1903 à l’étage supérieur de la gare de Roberval, au Lac-Saint-Jean. Il est le quatrième enfant et le deuxième fils de Georges Lévesque et de Laura Richard, tous deux originaires de Kamouraska dans le Bas-St-Laurent. Ce couple aura treize enfants vivants, cinq filles et huit garçons. Georges Lévesque est l’aîné d’une nombreuse fratrie née de parents-cultivateurs. N’ayant pas eu la chance de s’instruire, cet homme autodidacte aura six garçons diplômés de l’Université Laval, ce qui vaudra à sa famille un diplôme de mérite de l’Université remis à l’un de ses fils, le doyen de la Faculté des sciences sociales, le 5 octobre 1948. 

À quinze ans, Georges Lévesque quitte sa famille et s’engage pour la compagnie de chemin de fer Canadien National. Il est d’abord messager à la gare de Saint-Pascal de Kamouraska, ensuite télégraphiste à Chicoutimi et en 1899, il est chef de gare à Roberval. Ainsi, jusqu’à l’âge de 8 ans, le petit Albert a comme terrain de jeux le long quai de la gare, la chambre des bagages et la salle d’attente, où il voit passer les voyageurs surtout constitués d’industriels de la forêt, d’hommes de chantiers, de prospecteurs et de colons. Cette enfance particulière, bercée par les sifflements des trains à vapeur et le cliquetis du télégraphe lui fera dire, dans ses mémoires, que c’est ce qui lui a donné le goût des voyages et de l’aventure.

En 1911, Georges Lévesque est nommé shérif du comté. La famille déménage alors dans une spacieuse maison sur les rives du Lac-Saint-Jean, près du jardin des Ursulines et de leur cour de récréation. Ce nouveau lieu devient le terrain de jeux des petits Lévesque qui s’adonnent à tous les sports et jeux, été comme hiver. Albert Lévesque est un enfant actif, turbulent, jovial et sociable, qui aime les jeux d’équipe, les divertissements en groupe et qui est souvent nommé capitaine de ses équipes sportives. Déjà, ces traits de personnalité allaient lui servir plus tard dans ses nombreuses réalisations.

CRÉDITS